AUDREY LACROIX-ABSTRACTION TEMPORELLE

Selon toi, qu’est-ce qui caractérise le fait d’être une artiste dans la Ville de Québec? 

Selon moi, les artistes de la Ville de Québec peuvent s’inspirer de l’architecture authentique et de son histoire. Ils ont la chance de vivre dans une société où la culture des arts est stimulante et active. Personnellement, le quartier Saint-Roch est une véritable source d’inspiration. C’est le lieu où j’ai choisi de vivre en tant qu’artiste, parce que le quartier est branché et avant-gardiste dans le milieu des arts. Ce qui caractérise le fait d’être artiste dans la Ville de Québec, c’est l’ouverture d’esprit de la population, ce qui pousse les artistes à explorer et expérimenter l’art actuel.

Quel est l’artiste de la Ville de Québec qui t’inspire le plus?

Personnellement, je ne me limite pas qu’à une seule inspiration, puisque je trouve quelque chose d’intéressant chez chacun. C’est ce qui fait la beauté de l’humain, chaque personne apporte sa vision. L’ouverture d’esprit dont font preuve certains artistes contribue à l’émancipation de l’art actuel au Québec et je suis en admiration devant l’audace avec laquelle ils nous livrent leurs créations. De plus, nous avons la chance d’avoir d’excellents artistes qui enrichissent l’offre de la musique québécoise. Mon inspiration n’est pas que picturale, c’est-à-dire que la musique me fait réfléchir sur divers sujets stigmatisés dans la société. Le rap québécois est une source d’inspiration. Les textes sont puissants, profonds et cela m’amène à remettre en question plusieurs fondements ou dictats. Notamment le documentaire Revenir de loin du rappeur Québécois Koriass. Il est la preuve vivante que peu importe le milieu d’où l’on vient et les défis auxquels on doit faire face, si on s’accroche à ses rêves, rien n’est impossible. Véritable hymne à l’espoir et à la résilience, Emmanuel Dubois (Koriass) est celui qui m’a le plus inspirée.

Quel est ton processus créatif?

Je dirais que tout est une question de spontanéité. L’abstraction me permet d’exprimer le moment présent, une pulsion subite. Face à la toile, je laisse l’énergie de la musique m’envahir. Je peins toujours seule dans mon atelier, car je trouve que l’humain passe bien assez de temps à l’exposition du jugement d’autrui. Seule avec moi-même, c’est le seul moyen de me clarifier l’esprit. En contact avec la matière, les pigments et la texture, mes mouvements ne sont plus que l’extension de ma pensée. Désorganisées, mes idées se rencontrent. Il peut y avoir confusion, mais je suis fidèle à mon intuition. Bref, mon processus créatif est intuitif et expérimental. Je peux passer une semaine sans peindre et tout à coup, instantanément, mon cerveau atteint saturation et je peux produire douze heures consécutives sans même penser à m’alimenter. Le temps s’arrête.

L’endroit où tu vas pour te ressourcer à Québec? 

Je vis à Québec depuis maintenant trois ans, mais j’ai grandi sur une ferme laitière à Armagh dans Bellechasse. Il m’a fallu un temps pour m’habituer au rythme de vie de la Ville de Québec. Un mode de vie complètement différent, puisque tout est si précipité et saccadé. Avec mes études à l’université, le travail et la production, j’ai parfois besoin de respirer et d’évacuer le stress quotidien. Je vais donc me ressourcer chez mon copain qui reste à Beaumont. C’est une municipalité près de Lévis. Il vit sur le bord du fleuve et il se trouve entre la campagne et la ville. C’est un endroit très apaisant ou je peux profiter des beaux paysages, incluant l’homme que j’ai devant moi. Une merveille pour les yeux.

Quelle est ta routine matinale? 

Le mot matin ne fait pas partie de mon quotidien, sauf lorsque mes cours à l’université m’obligent. Je préfère travailler lorsque tout est calme, la nuit. Je trouve que tout est plus beau la nuit, l’absence de lumière laisse place à l’imagination. Je suis beaucoup plus créative la nuit. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Je pense que tout est une question d’interprétation. Je peux peindre jusqu’à trois ou quatre heures du matin. J’adore vivre de nuit! C’est une tout autre atmosphère, une énergie différente. Il y a quelque chose de mystérieux qui me plaît. Pour l’instant, ce mode de vie me convient.

Quel « spot » recommanderais-tu à un amoureux d’art qui visite Québec pour la première fois? Pourquoi?

Nous avons tellement de beaux endroits où la culture des arts est riche. Si je devais en choisir un seul, je lui conseillerais certainement de visiter le Vieux-Québec où l’on peut contempler l’architecture, la culture québécoise, l’histoire, les musées, etc. Je lui suggère cet endroit, puisque tout est spectaculaire. Il y en a pour tous les goûts, en passant par la sculpture, l’installation, la peinture, la performance, etc.

Retour à la liste

24 CHAMBRES D’HÔTEL À QUÉBEC POUR VIVRE LA VILLE

C3 espace Créatif
C3 Queen
C3 1850
CLASSE AFFAIRES
SUITE C3
Suite Supérieure

RESTEZ INFORMÉS