Jérôme Rochette – artiste Polaroïd

Jérôme, à la lumière de tes voyages, qu’est-ce qui caractérise le fait d’être un artiste à Québec ?
C’est une grande chance que d’avoir de vastes espaces verts et la nature à proximité du centre-ville et ça a une influence sur mon travail, je crois. Notre histoire, notre unicité et la richesse de notre patrimoine, sont pour moi des sources d’inspiration et de fierté.

Quel est l’artiste de la Ville de Québec qui t’inspire le plus ?
Je suis sensible à l’art urbain, aux interventions faites sur les murs de manières spontanée et aléatoire. Les compositions qu’elles créent sont uniques et forment un amalgame de styles et d’expression très pur, très brut.
Cela dit, si on parle d’un artiste en particulier, la carrière et l’oeuvre d’Alfred Pellan m’inspirent.

Tu dis créer des toiles « Polaroïd », peux-tu m’expliquer ton processus ?
Ça s’explique surtout par le fait que je produis rapidement. C’est très rare que je passe plus de 3 jours sur un tableau. C’est dans ma nature, je ne suis pas capable de faire autrement. Quand l’idée d’un tableau survient, je peins sans retenue, d’un jet, avec ce qui en résulte; une oeuvre teintée d’instantanéité et parfois… d’erreurs. Aujourd’hui, je l’accepte et l’intègre à ma démarche.

Parle nous de l’endroit où tu vas pour te ressourcer à Québec.
J’ai plusieurs sanctuaires à Québec. Mon atelier, dans le quartier Saint-Roch, est le lieu que je préfère, où je peux me retrouver dans mon univers. Le travail est pour moi une grande source de sérénité. J’aime le Centre-ville de Québec. J’ai habité dans tous les quartiers centraux de la Ville et par le fait même, vécus des moments intenses dans chacun d’eux. Je suis un peu plus sensible au Vieux-Québec et plus particulièrement à la rue des Remparts d’où on peut apercevoir le fleuve et l’île d’Orléans.

Quelle est ta routine créative ?
Pour moi, l’énergie du matin est la meilleure pour créer. Au saut du lit, à 6h, avec mon café, je monte dans l’atelier où je retrouve le travail laissé la veille. Après m’en être imprégné, je recommence naturellement à travailler dessus, jusqu’à 10h. Je déjeune et après je vais faire d’autres types de travaux; cadrage, montage, emballage, etc. Je ne peins jamais l’après-midi. Je reprends mes pinceaux vers 16h jusqu’au souper. Tout dépend de ce sur quoi je travaille. Parfois, je remonte à l’atelier jusqu’à très tard.

Quels spots recommanderais-tu à un amoureux d’art qui visite Québec pour la première fois ? Et pourquoi ?
Les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur grouillent d’artistes émergents et de création. Sur les murs, dans les cafés et les galeries. On a qu’à s’y balader pour y faire de surprenantes découvertes. Après, il y a toujours les incontournables; le Musée national des beaux-arts de Québec et son nouveau pavillon Pierre-Lassonde, le complexe Méduse et les grandes galeries de la capitale.

facebook    web    twitter   vimeo

Retour à la liste

24 CHAMBRES D’HÔTEL À QUÉBEC POUR VIVRE LA VILLE

C3 espace Créatif
C3 Queen
C3 1850
CLASSE AFFAIRES
SUITE C3
Suite Supérieure

RESTEZ INFORMÉS